Le mag éco

L’année 2017 s’était terminée avec des records. En 2018, HAROPA, groupement d’intérêt des ports du Havre, de Rouen et de Paris, poursuit cette bonne dynamique avec une hausse des trafics de 2%, soit près de 95 millions de tonnes de marchandises.

HAROPA maintient ainsi sa position de 5e ensemble portuaire des ports nord-européens, avec une part de marché de 6,5%.

 

Dans le détail, les conteneurs représentent 28,75 millions de tonnes, avec pour la 2e année consécutive la barre des 3 millions d’EVP – Equivalent Vingt-Pieds. Le port affiche un nouveau record pour les flux sur l’hinterland, avec 5,7% de croissance du trafic fluvial des conteneurs.

Le Terminal multimodal du Havre performe sur le ferroviaire (+7%, soit 155 000 EVP) dans un contexte de repli global du fret ferroviaire.

 

Le roulier progresse pour sa part de 4%, soit 320 252 véhicules, fruit du développement du terminal dédié et des services. MSC a choisi d’ailleurs Le Havre pour sa 1re ligne Roro, qui relie depuis février HAROPA à l’Afrique de l’Ouest 2 fois par mois.

 

Les vracs liquides subissent une perte de 1%, liée à la baisse du pétrole brut partiellement compensé par l’augmentation des produits raffinés. Les produits chimiques passent à 481 000 tonnes, soit 15% de plus qu’en 2017. Une progression notamment liée à l’arrêt technique de l’unité pétrochimique Total du Havre, qui a engendré une demande en hausse des imports

 

Du côté de la croisière, la barre des 200 escales est franchie, soit 477 000 passagers (+9%). HAROPA est ainsi le 2e port de croisières français après Marseille.

 

Développement de l’offre foncière logistique

Pour pousser cette dynamique de développement, l’offre foncière - immobilière est un atout essentiel.

Après le Parc Logistique du Pont de Normandie 1 (PLPN1), où ALSEI a inauguré ses derniers entrepôts Stockespace en décembre, et le PLPN2, sur lequel Panhard prévoit de développer en 2 phases 150 000 m² d’entrepôts, la prochaine étape sera le PLPN3, à proximité immédiate du Terminal multimodal. 2 professionnels de l’immobilier logistique ont été retenu en décembre dernier.

Autre investissement prévu pour faciliter les flux, la chatière connectant Port 2000 à la Seine. Les études préalables à l’enquête publiques ont été lancées.

 

2019 sera marqué par le Brexit et son impact sur les trafics, ainsi que la finalisation des travaux préparatoires à l’accueil de l’éolien en mer sur les quais Joannes Couvert et Bougainville. Les 1res fondations destinées au parc éolien de Fécamp devraient s’y élever avant la fin de l’année.

 

 

Photo : Port 2000 © Vincent Rustuel